Le vagabond des étoiles Le vagabond des étoiles
Le vagabond des étoiles Le vagabond des étoiles

Le vagabond des étoiles (édition limitée ; traduction conjointe Paul Gruyer et François Postif)

Traduction LOUIS POSTIF  - Langue d'origine : ANGLAIS (ETATS-UNIS)

À propos

Injustement condamné et confiné dans l'espace le plus surveillé d'une prison, Darrell Standing, sorte d'alter ego de Jack London (lui-même incarcéré en 1894), va réussir l'exploit de s'évader ! Si son corps reste prisonnier, son esprit parvient à s'enfuir.
Il revit par la pensée ce que furent ses vies antérieures : naufragé sur une île déserte, légionnaire en Palestine, viking à bord d'un vaisseau guerrier, gamin assistant au massacre d'une caravane de pionniers ou même époux d'une princesse coréenne. Des situations radicales où le héros témoigne de la folie des hommes. Dans une fable toute de bruit et de fureur, véritable cathédrale consacrée à l'imaginaire et à la justice, Jack London donne une nouvelle fois la mesure d'un talent hors-norme.
/>

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782369145516

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    400 Pages

  • Longueur

    18.2 cm

  • Largeur

    12 cm

  • Épaisseur

    1.8 cm

  • Poids

    334 g

  • Distributeur

    Sodis

  • Support principal

    Poche

Infos supplémentaires : Relié  

Jack London

Né le 12 janvier 1876 à San Francisco, Jack London connaît une enfance misérable et entame à quinze ans une vie d'errance. Il exerce de nombreux métiers pour survivre : marin (jusqu'au Japon et à la Sibérie), blanchisseur, ouvrier dans une conserverie de saumon, pilleur d'huîtres, chasseur de phoques, employé dans une fabrique de jute... Après avoir participé à une marche de chômeurs vers Washington, il adhère au socialisme. Devenu vagabond, il est arrêté fin 1894 et passe un mois dans un pénitencier. En 1897, il participe à la ruée vers l'or du Klondike. Atteint du scorbut, il est rapatrié. C'est le début de sa prolifique carrière d'écrivain. À sa mort en 1916, des suites d'un empoisonnement du sang, il laisse quelque cinquante livres, parmi lesquels L'Appel de la forêt (1903), Croc-Blanc (1906) et Martin Eden (1909).

empty